La manufacture Braquenié



Bookmark and Share

Lire le commentaire

La naissance de la manufacture

L’histoire de cette manufacture débute avec un marchand de linge établi à Paris à la fin du 18ème siècle. Cette petite affaire familiale évolue vers la vente de tapisserie et prospère rapidement à partir de 1842, avec l’arrivée d’Alexandre Braquenié qui s’associe à l’entreprise. En 1844, elle reçoit deux médailles d´or pour ses tapis et tapisseries présentés à l´Exposition Universelle de Paris. Les expositions se succèdent, toujours couronnées par des prix. La société fournit la maison de l´Empereur et meuble les palais nationaux des Tuileries et de Saint-Cloud. En 1858, l’entreprise prend le nom de  «Braquenié Frères ».

L’année suivante, les frères Braquenié décident de fonder un établissement de grande ampleur à Aubusson. Jusqu´alors, ils n´y possédaient qu´un simple atelier. Ils achètent le site d’une fabrique de tapis et font dresser les plans d´une nouvelle manufacture dont la construction débute en 1860 pour s’achever 2 ans plus tard. Alexandre Braquenié laisse alors la gestion de l´établissement parisien à son frère et s´installe à Aubusson. Il décide de renouer avec la tradition des tapisseries à l´aiguille, dites tapisseries au point, pour tapis de table, ciels de lit, lambrequins et sièges. Cette activité, essentiellement féminine, permet de donner du travail à de nombreuses ouvrières creusoises.

Au plus haut de son ascension, Braquenié Frères fournit la haute société. La notoriété de la maison dépasse les frontières de la France et s´étend à une clientèle fortunée issue d´Espagne, d´Italie, du Mexique et surtout de Russie. En 1867, les Braquenié obtiennent encore une fois la médaille d’or à l’Exposition Universelle, grâce, entre autres,  à des panneaux de tapisserie d´après Mazerolle et Galland. En 1873, Théodore Roosevelt commande à la manufacture Braquenié un tapis velouté. En 1877 l’entreprise confectionne des tapisseries pour le trône du pape Pie IX.

Le 20ème siècle chaotique

La production de la manufacture ralentit pendant la première guerre mondiale. Dans les années 1920 s’esquisse une relance consacrée par l´Exposition des Arts Décoratifs de 1925, avec la réalisation de tapisseries sur des cartons de style Art Déco novateurs.

Le 12 octobre 1926 se produit un incendie, qui ravage l´aile principale de la manufacture. Elle est reconstruite, en 1927 mais l´entreprise, peinant à retrouver sa situation d´antan, est frappée de plein fouet par le krach boursier de 1929. La crise économique la contraint à licencier plus d´une centaine d´ouvriers, malgré l´obtention de commandes prestigieuses comme les moquettes d´après Ruhlmann pour le paquebot Normandie.

La Seconde Guerre Mondiale isole la manufacture d´Aubusson, située en zone libre, de ses consœurs belges et du siège parisien. En 1945, elle ne fait plus travailler qu’une cinquantaine de lissiers alors qu’elle en employait 200 à la fin du 19ème siècle.

De 1945 à 1963, l’entreprise Braquenié tente de relancer la production en s´appuyant sur le renouveau de la tapisserie murale, dans le sillage de Jean Lurçat et de ses émules. Dans les années cinquante, les ateliers d´Aubusson s´orientent vers l´abstraction et le jeu des matières. Mais l´activité ralentit inexorablement. La conjoncture restant chaotique, la manufacture d’Aubusson ferme en 1992. Les bâtiments reviennent à la commune, qui décide d’y implanter un pôle Enfance.

Etapes suivantes

Aubusson tapisserie

La manufacture Braquenié

Durant la deuxième moitié du 19ème siècle, Braquenié était l’une des plus importantes manufactures de tapis et tapisserie d’Aubusson. Ecoutez l’histoire de la création de cette manufacture qui a été plusieurs fois primée pour ses réalisations et qui a su conquérir un marché haut de gamme en France et à l’étranger.

Les autres parcours