La Tour de l'horloge

Bookmark and Share

Lire le commentaire

Autrefois appelée « Tour blanche », en raison de l’enduit de chaux dont elle était couverte, la Tour de l’Horloge est un vestige des anciennes fortifications de la ville.

L’ensemble se composait de tours, de poternes et de portes, qui ont été détruites au 18e siècle, au cours d’un plan de modernisation de la ville.

Elle était un élément de défense stratégique. Implantée dans ce lieu qui portait déjà le nom de « quartier de l’Horloge » au 16e siècle, elle permettait la surveillance des vallées de la Creuse et de la Beauze, en amont et en aval de la ville, face au château.

Les dates gravées à différents endroits de la tour attestent de plusieurs périodes de restaurations.

La tour est bâtie selon un plan circulaire. Son toit en poivrière, c’est-à-dire en forme de cône, est couvert en bardeaux de châtaigner taillés en pointe à la bordure.[pour en savoir plus : la technique de fabrication des bardeaux de châtaigniers, à Bénévent l’abbaye.]

La toiture est ouverte et couronnée d’un épi de faîtage orné de motifs floraux.

En façade de la tour, trois cadrans tournés vers la ville indiquent l’heure.

Ils sont reliés au mécanisme ancien d’une horloge, fait de métal et de bois, qui subsiste à l’intérieur de la tour. Il fonctionne toujours, mais avec un système électrique. Il porte la signature d’un ancien horloger d’Aubusson, A. Montagnon.

La cloche, datée du 16e siècle et classée Monument Historique, porte des inscriptions en caractères gothiques et des bas reliefs.

Cette tour se dresse sur un rocher à pic, sur le versant du plateau des Granges : elle domine ainsi la vallée de la Creuse.

Depuis la plateforme aménagée en 2001 devant la tour, on peut admirer un vaste panorama de la ville.

Etapes suivantes

Aubusson essentiel

La Tour de l'horloge

La tour de l’horloge domine Aubusson depuis son promontoire et constitue l’un des bâtiments emblématiques de la ville. Cette vidéo  vous permettra de la situer dans son contexte d’origine et de découvrir son mécanisme d’horlogerie.

Les autres parcours