La collégiale et son architecture homogène
Bookmark and Share

Lire le commentaire

Sous le chœur de la collégiale se cache une crypte, de même plan et de mêmes dimensions que le chevet. Son abside, abritant un autel, est ceinturée par un déambulatoire ouvrant sur trois absidioles rayonnantes. Ce dispositif architectural a été conçu pour accueillir un flux de pèlerins défilant en procession devant des reliques.

La Collégiale est un édifice très homogène qui relève d’une campagne de construction continue et qui relève à l’origine d’un plan préétabli et très bien pensé et d’un projet très bien financé également. Les choix monumentaux des chanoines répondent à une ambition de grandeur qui témoigne d’une véritable ambition monumentale en reprenant des éléments comme le chevet à déambulatoire à chapelles rayonnantes, la tour de croisée, un grand transept, une grande nef, un massif de façade, qui sont les éléments monumentaux des grandes églises romanes du Limousin comme par exemple Saint-Martial de Limoges, la Cathédrale de Limoges parmi d’autres.

Les éléments qui montrent que l’on a une architecture qui répond à un programme d’ensemble c’est qu’il y a très peu de rupture dans la construction. Donc, une construction continue selon un plan, donc on imagine préétablie. Elle est harmonieuse aussi, surtout parce qu’elle a connue très peu de restaurations, de modifications au cours du temps, ce qui fait de la collégiale un édifice très homogène et qui présente une sorte de pureté originelle qui finalement est rare pour un édifice du XIIème siècle à l’exception de la tour de fortification du XVème siècle sur la chapelle d’axe.

Parmi les éléments d’architecture les plus remarquables pour la collégiale : il faut signaler la tour de croisée qui est une tour lanterne. Donc une tour qui est installée sur un niveau d’éclairage afin d’éclairer directement le chœur. C’est un véritable morceau de bravoure architecturale qui s’inscrit dans une tradition – notamment la collégiale de Saint-Junien possède une grande tour de croisée – mais celle du Dorat les dépasse en dimensions et en ambition monumentale.

Etapes suivantes

De la collégiale à la Porte Bergère

La collégiale et son architecture homogène

Cette grande église romane, appelée collégiale car elle dépendait d’un chapitre de chanoines, a conservé son harmonieuse architecture du 12ème siècle. Elle nous est ici présentée par Eric Sparhubert qui analyse le programme de construction.

Les autres parcours