Les justes de Beaulieu



Voix de l’audioguide : Pélagie PAPILLON

Bookmark and Share

Lire le commentaire

De l’automne 1939 à la fin de l’année 1943, en pleine guerre,  Beaulieu accueille une colonie des E.I.F., Eclaireurs Israélites de France. Ces quelques 70 filles juives installées dans la maison De Veyrières, place de la Bridolle,  s’intègrent à la vie de la cité et certaines fréquentent l’école.

Les rafles se multiplient à partir de 1942. Prévenues par le gendarme Amédée Duhaut, les cheftaines organisent « des camps volants » qui permettent de cacher les enfants dans les bois ou  chez des particuliers.

La Bellocoise Adrienne Laquièze , restauratrice voisine de la colonie, a protégé et convoyé elle-même plusieurs de ces enfants vers les Alpes, en direction de la Suisse. En 1998, elle a reçu, ainsi que sa soeur, la médaille des « Justes parmi les nations » décernée par Yad Vashem.

A l’initiative de plusieurs de ces « rescapées », dont Germaine Poliakov-Rousso (surnommée Maki), veuve du philosophe Léon Poliakov, une cérémonie a permis le dévoilement de cette plaque en 2006.

Etapes suivantes

Circuit découverte

Les justes de Beaulieu

A l’époque de la Seconde Guerre Mondiale, une colonie scoute pour jeunes filles israélites s’est établie dans cette maison de Beaulieu. Face à la multiplication des rafles, des habitants, parmi lesquels Adrenne Laquièze, se sont mobilisés pour sauver ces enfants juives de la déportation.

Ecoutez l’audioguide qui vous relate cette histoire.

Les autres parcours