Bookmark and Share

Lire le commentaire

Une partie des reliques de Saint Léger, arrivées à Meymac, selon les légendes, en d’étranges circonstances, est conservée dans un buste de métal, dans l’abbatiale.
Saint-Léger est né vers 615. Issu d’une famille noble de Bourgogne et neveu de l’évêque de Poitiers, il devient diacre, puis archidiacre, avant d’être nommé évêque d’Autun en 663.
Partisan de la réunion du royaume franc, alors divisé en trois, il devient conseiller auprès du roi Childeric II, souverain du royaume à nouveau réuni. Mais Saint Léger désapprouve le mariage du roi qui, furieux, l’envoi en exil. Après la mort de Childéric, Léger est libéré et reprend ses fonctions d’évêque. Mais Ebroïn, un ancien ennemi politique reparaît pour l’éliminer en faisant assiéger la ville d’Autun. Après l’avoir capturé, Ebroïn lui fait couper la langue et brûler les yeux, puis le fait condamner à mort. Saint-Léger meurt décapité en 679 et devient martyr deux ans plus tard.

Crédits photographiques :
– Détail de la statue représentant Saint Léger au pied du beffroi © Région Nouvelle Aquitaine, Inventaire général du Patrimoine culturel. S. Casenove, 2017.
– Le buste reliquaire de Saint Léger, église de Meymac © Région Nouvelle Aquitaine, Inventaire général du Patrimoine culturel. P. Rivière, 2017.
– Représentation de Childeric II, issue de l’Histoire chronologique des rois de France, médaille © Gallica, BNF
– Martyre de Saint Léger © Musée des Beaux-Arts de Dijon/François Jay
– Vitrail de l’abbatiale de Meymac représentant Saint Léger © Région Nouvelle Aquitaine, Inventaire général du Patrimoine culturel. P. Rivière, 2010

Etapes suivantes

Autour de l’abbaye

Saint Léger

Cette statue représente Saint Léger, dont les reliques sont conservées dans l’église de Meymac. Cet audioguide vous raconte brièvement son histoire.

Les autres parcours